Collection: Sayeh Sarfaraz

Sayeh Sarfaraz was born in Shiraz, the cultural capital of Iran. She graduated from HEAR Strasbourg, France. 

Sayeh Sarfaraz brings to light the tensions between recent history and its possible visual narratives. She creates a personal inventory of protesters, figureheads, and fragments of events drawn from the recent popular uprisings in the Middle-East and Iran. From these, she constructs an imaginary world that gives the full scope to the political dimensions of the images.

Her characters comprise an alluring parade of ghosts, fools, rogues, and anonymous prisoners. Between dispersion and crystallization, this throng gives shape to disturbing scenes, strangely fixed in the apparent imbalance of power.

The magic occurs in the irreconcilability of these images that draw the eye towards both drama and play. Highly political motives intermingle with the fable to confound various levels of reading. The customary reference to toys is obscured to give way to expressions of violence in the fragility of these simple forms. Together, these innocent and threatening motifs engender ambiguous images that forge a bond between the symbolic and the real.

The impertinent quality of the images eludes censorship. They only gain meaning when rearticulated with the real, thus facilitating the memory of history. Between child-like magic and the brutality of current events, these images challenge us to fight against our docile loss of critical perspective.

Sayeh Sarfaraz work has been exhibited in Canada, USA and Europe.  

 

FR (EN above) 

Sayeh Sarfaraz est née à Chiraz, la capitale culturelle de l'Iran. Elle a obtenu son diplôme à HEAR Strasbourg, en France.

Sayeh Sarfaraz met en lumière les tensions entre l'histoire récente et ses éventuelles narrations visuelles. Elle crée un inventaire personnel de manifestants, de leaders et de fragments d'événements tirés des récentes manifestations populaires au Moyen-Orient et en Iran. À partir de ceux-ci, elle construit un monde imaginaire qui donne toute son ampleur aux dimensions politiques des images.

Ses personnages forment une séduisante parade de fantômes, de fous, de coquins et de prisonniers anonymes. Entre dispersion et cristallisation, cette foule donne forme à des scènes troublantes, étrangement figées dans le déséquilibre apparent du pouvoir.

La magie opère dans l'irréconciliabilité de ces images qui attirent le regard vers le drame et le jeu. Des motifs fortement politiques se mêlent à la fable pour dérouter différents niveaux de lecture. La référence habituelle aux jouets est obscurcie pour laisser place à des expressions de violence dans la fragilité de ces formes simples. Ensemble, ces motifs innocents et menaçants engendrent des images ambiguës qui créent un lien entre le symbolique et le réel.

La qualité impertinente des images échappe à la censure. Elles ne prennent du sens que lorsqu'elles sont réarticulées avec le réel, facilitant ainsi la mémoire de l'histoire. Entre la magie enfantine et la brutalité des événements actuels, ces images nous défient de lutter contre notre perte docile de perspective critique.

Le travail de Sayeh Sarfaraz a été exposé au Canada, aux États-Unis et en Europe.