Catherine Bolduc – Page 2 – Galerie Jano Lapin

Catherine Bolduc

Démarche artistique

​Dans sa pratique artistique, Catherine Bolduc s’intéresse à la manière dont la psyché interprète le réel en y projetant ses désirs, en le transgressant par l’idéalisation et la fabulation. Le monde extérieur est envisagé ici comme une construction mentale subjective où la mémoire, qu’elle soit individuelle ou collective, se mêle à la perception et la fiction à la réalité. Les recherches de Bolduc, entre l’autobiographique et l’autofictionnel, convoquent tout autant le récit de voyage ou le souvenir d’enfance que l’ailleurs onirique ou l’errance hypnotique. Qu’elles prennent forme dans des installations d’envergure ou des interventions sur papier, ses œuvres invitent le regard à circuler dans des espaces fantasmatiques où, oscillant entre le domestique et le cosmique, le sublime et l’apocalyptique, la magie montre aussi son autre revers. Par la nature des thèmes, des motifs et des matériaux utilisés (décoratifs, kitsch, cosmétiques), ainsi que par la réhabilitation de l’affect (l’émotion et le romanesque) dont elle se réclame, la pratique de Bolduc adopte une posture féministe.

Biographie

Catherine Bolduc est une artiste visuelle née au Canada (Québec) qui vit et travaille actuellement à Montréal et à Val-Morin. Elle a à son actif de nombreuses expositions, localement comme à l'étranger (Japon, Allemagne, Espagne, France, Pays-Bas, États-Unis). En 2007-2008, elle séjournait au Künstlerhaus Bethanien à Berlin et en 2010 au Studio du Québec à Tokyo. Récipiendaire du Prix Powerhouse en 2013, elle a également reçu de nombreuses bourses du Conseil des arts du Canada et du Conseil des arts et des lettres du Québec tout au long de son parcours. En plus d’avoir réalisé près d'une douzaine de projets d’art public, ses œuvres font partie d’importantes collections privées et publiques (Musée des beaux-arts de Montréal, Musée national des beaux-arts du Québec, Collection de la Banque Nationale, Collection Desjardins, entre autres).


La série "Les hauts et les bas"

La série Les hauts et les bas a été entamée lors d’une résidence d’artiste au printemps 2021 à l’Atelier de l’île, centre de production en art imprimé situé à Val-David. L’artiste a procédé à des impressions de textiles, dentelles, cordons, rubans, cheveux synthétiques stressés et passementeries de toutes sortes, encrés et déposés directement sur le lit de la presse. Travaillés les unes à la suite des autres, ces impressions multiples -parfois jusqu’à trois passages sur une même feuille- présentent des formes et textures qui se déplacent et se répètent d’une œuvre à l’autre. Par la suite, elle est intervenue à l’aquarelle et à la peinture acrylique sur ces monotypes qu’elle a rehaussés au vernis à ongles.  Autant par les textures -chevelures, dentelles, vernis à ongles et ornements divers- que par le titre -Les hauts et les bas- ces œuvres évoquent parures et dessous féminins, transfigurés ici en paysages fantasmatiques, luxuriants et volcaniques. « Les hauts et les bas », ce sont non seulement ceux d’un paysage montagneux mais aussi les chemins sinueux empruntés par la psyché face aux aléas de la réalité.

Entre la contemplation romanesque et la vision apocalyptique, cette série d’œuvres fait suite à la précédente, intitulée Cosmétique de la fin, dans laquelle l’état catastrophique du monde (et sa fin imminente) était mis en parallèle avec le vieillissement du corps et les moyens cosmétiques pour y contrer.

 

21 artworks